Photographie.
2018.

En réponse à la prétendue oisiveté de la jeunesse, et au regard parfois dénigrant porté sur ma ville de taille moyenne, j’ai voulu valoriser des univers d’une jeunesse urbaine dynamique et créatrice. Ce travail photographique dresse le portrait de jeunes amiénois qui se bougent pour mener leurs projets.
Dans une société où tout va de plus en plus vite, il est parfois compliqué de trouver ce qui nous motive, ce qui nous pousse à agir. Beaucoup de jeunes s’orientent vers un futur qui leur échappe, ils décident de se fondre dans un moule propre à notre société; ils font des choix par dépit, sans se demander ce qui pourrait les motiver.

Mais d’autres sont passionnés et prêts à tout mettre en œuvre pour leurs passions. Aussi diverses et variées soient-elles, elles se ressemblent toutes dans la mesure où elles sont un moteur pour créer et entreprendre. L’objectif de mon travail est donc de rendre compte de ces jeunes motivés pour mettre en avant leurs passions. Les photos ont étés prises dans des lieux et des moments précis.
Les sujets de ce projet photographique ne sont pas issus du même milieu social, dans une volonté de dépeindre les jeunes amiénois sans distinction sociale. Je n’ai donc pas cherché à photographier uniquement des étudiants ou des gens qui m’entourent.

Je suis volontairement resté vague sur le terme «jeune» en ne définissant pas de limite d’âge. En effet, la jeunesse n’est pas une question d’année. Elle correspond à la période de formation de l’être humain, où il se projette dans l’avenir et bâtit des projets afin d’atteindre l’âge adulte.